UNE ÉPIDÉMIE DONT ON COMMENCE A PARLER

 

Le documentaire « VIH-2020 » (1h48) du célèbre journaliste et blogueur russe Iouri DOUD fait le buzz : il a été visionné plus de 12 millions et demi de fois en 5 jours.

Ce dernier se félicite de la récente promotion faite du dépistage et de la lutte contre la discrimination et la stigmatisation des populations concernées (usager.e.s de drogues, travailleur.euse.s du sexe et hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes).

En Fédération de Russie, une rupture historique vient de se produire.

 

Daniel Mathieu qui relaie l’information sur son blog de Mediapart, indique que « Alexeï Koudrine, le président de la Chambre des comptes, qui contrôlera en 2020 l’efficacité des mesures prises depuis 2018 pour organiser la prise en charge et le traitement des personnes vivant avec le VIH a déclaré que le VIH représentait une menace plus grave pour la Russie que le coronavirus. Une projection a été organisée, sous l’égide du premier vice-président de son comité de la santé, Fedot Toumoussov. À la Douma – haut lieu de la résistance traditionaliste à une action volontariste de prévention et de lutte contre le VIH/sida. » 

 

Le Président Vladimir POUTINE prend la parole.

Lire à ce sujet le blog de Daniel MATHIEU sur Mediapart.

 

Il y a un mois et demi, rappelons que le Professeur Willy ROZENBAUM et l’association AREMEDIA étaient invités à Perm, dans l’Oural – un des foyers historiques de l’épidémie de VIH/SIDA en Fédération de Russie –  à l’occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le SIDA.

Willy ROZENBAUM avait insisté sur la lutte contre « l’épidémie de réactions sociales inadaptées , frein principal à l’accès au dépistage (et au soin) des populations-clé, moteur de l’épidémie cachée » et souligné le fait que la Fédération de Russie était un des seuls pays où l’incidence progressait (prés de 100.000 nouvelles contaminations annuelles ces dernières années et entre 1 million et 1.400 000 Personnes vivant avec le VIH dans ce pays).

Ses propos avaient eu un large écho médiatique tandis que le Ministère Régional de la Santé les commentait favorablement.

En effet, comme dans d’autres régions du monde mais dans un contexte particulièrement menaçant, un des problèmes majeurs est le dépistage des populations-clé qui sont actuellement éloignées de l’offre publique de droit commun, notamment du fait de la discrimination et de la stigmatisation sociales.

En réponse, courant 2020 – en partenariat avec le Centre SIDA régional et deux associations communautaires (la Fondation ZERKALO et ANTINARKOTICHESKYIE PROGRAMMI) – l’association AREMEDIA adaptera aux conditions locales le dispositif territorial « Hôpital Hors Les Murs » qui a fait ses preuves depuis 2001 en Ile-de-France, en partenariat avec l’Hôpital Fernand-Widal (AP-HP).