AREMEDIA en Arménie

 

 

 

 

 

 

 

 

Parallèlement à la prochaine mise en place à PERM (dans l’Oural, Fédération de Russie, cf. plus bas) du dispositif hospitalo-associatif dit « Hôpital Hors les Murs » – véritable outil de santé publique que l’association AREMEDIA a développé, dès 2001, à Paris et en Ile-de-France, en partenariat avec l’Hôpital Fernand-Widal (AP-HP) – AREMEDIA s’apprête à signer également une convention de partenariat avec le Centre Républicain de Prévention du SIDA de EREVAN, capitale de l’ARMENIE. Ce partenariat impliquera également le Ministère de la Santé de la République d’AREMENIE ainsi que la Mairie de EREVAN.

« Populations-clé », associations, professionnels de santé et lutte contre « l’épidémie cachée »

Dans le cadre de cette convention, il s’agit, là encore, pour AREMEDIA, de réaliser, en accompagnant ses partenaires locaux, des actions de dépistage « hors les murs », mettant en lien étroit les ressources hospitalières disponibles dites de « droit commun » – c’est-à-dire le centre de dépistage et de traitement du VIH/SIDA – d’une part et d’autre part, plusieurs associations communautaires ou spécialisées locales. La coopération de ces différents acteurs spécialisés permet de favoriser l’accès à une offre élaborée de santé sexuelle aux « populations-clé » (travailleuses et travailleurs du sexe, hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, usagers de drogues injectables, et populations migrantes). L’offre complète de santé sexuelle (dite la « Totale ») comprenant dépistage, accès aux soins, prévention dite « diversifiée », concernant le VIH et les autres Infections Sexuellement Transmissibles. En outre, dans le cadre de ce projet-pilote, le dépistage combiné du cancer du col de l’utérus et de la Tuberculose, maladie endémique en ARMENIE, sont prévus.

En ARMENIE, et en FRANCE, comme dans d’autres pays, ces diverses populations vulnérables, éloignées du dépistage et du soin, souffrent de puissants freins d’accès spontané aux dispositifs conventionnels de droit commun – même anonymes, gratuits et de proximité.  Probablement d’ordre psycho-social, explicables par la crainte de stigmatisation et discrimination sociales de la population générale mais aussi des professionnels de santé, ces freins seront en partie levés par la mise en place locale du dispositif « Hôpital Hors les Murs » qui favorise la lutte contre l’ «épidémie cachée» (ou plutôt non diagnostiquée) de VIH/SIDA et l’accès au soin, sans délai des populations socialement reléguées.

Le Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme

De son côté, dans le cadre de ce nouveau projet proposé par AREMEDIA, l’ARMENIE apparaît comme un pays « récipiendaire », éligible aux financements du Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme – dont la sixième « Conférence pour la Reconstitution des Ressources » vient de se terminer, avec succès (à Lyon, le 10 octobre dernier) sous l’égide du Président de la République Française.

Communication du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères

Lire l’article du journal Le Monde

Le projet de coopération franco-arménienne de l’Association AREMEDIA, partagé par l’ARMENIE, devient, en conséquence, également éligible à INITIATIVE 5%, fonds complémentaire du Fonds Mondial et géré par l’Agence française de coopération technique internationale EXPERTISE France, ainsi qu’au soutien conjointement proposé par l’Agence Française de développement (AFD).

Un objectif final de développement durable

L’objectif final de ce projet est en effet le développement durable : mettre en place localement – et de façon pérenne après la réalisation du projet-pilote – le dispositif « Hôpital Hors Les Murs », un outil innovant de santé publique, qui a fait ses preuves depuis prés de vingt ans en Ile-de-France. Il s’agit de renforcer, améliorer, et adapter aux besoins des populations les plus directement concernées, le système de santé arménien dédié à la lutte contre le VIH/SIDA et la Tuberculose (dépistage, accès aux soins). En mobilisant et en impliquant les acteurs de santé de droit commun et associatifs locaux dans une étroite collaboration à travers la mise en œuvre du dispositif « Hôpital hors les murs », l’association entend bien agir positivement sur la santé et la considération des « populations-clé » de l’épidémie de VIH/SIDA (et de la Tuberculose) – travailleuses et travailleurs du sexe, hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, usagers de drogues injectables, et populations migrantes, etc.. –  qui demeurent aujourd’hui éloignées de l’offre publique de dépistage et de soins, alors même qu’elles sont les plus exposées à ces maladies.

Pour sa part, Ambassadeur d’une « Ile-de-France sans SIDA », Monsieur Jean-Luc ROMERO-MICHEL, Président-Fondateur d’Elus Locaux contre le SIDA (ELCS), soutient personnellement ce projet de coopération franco-arménienne.

 

Signature de la première convention de partenariat inter-associatif dans le cadre du projet de coopération franco-russe.

 

 

 

 

 

 

Lundi 5 août 2019, à Paris et à Perm (dans l’Oural, en Fédération de Russie), l’association AREMEDIA et la fondation ZERKALO, viennent de signer une convention de partenariat pour réaliser 15 actions de dépistage hors les murs d’avril à décembre 2020 dans l’agglomération de Perm.

Lire la convention

Le projet « HA ПЕРМСКОЙ УЛИЦЕ » réunit la fondation ZERKALO (Travailleuses du sexe), l’association ANTINARKOTICHESKYIE PROGRAMMI (Usagers de Drogues Injectables et Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes), le Centre Régional de Prévention et de Lutte contre le Sida et les Maladies Infectieuses (« SPID Centr ») de l’agglomération de Perm et l’association AREMEDIA.

Il s’agit de développer, en coopération avec les acteur locaux, des actions de dépistage hors des murs de l’hôpital, en direction de travailleuses du sexe, usagers de drogue injectable et HSH de l’agglomération de Perm. Ce projet est inspiré du dispositif « Hôpital Hors les Murs », mis en œuvre à Paris depuis 2001 par l’association AREMEDIA – en partenariat avec l’Hôpital Fernand-Widal (AP-HP).

 

 

 

 

AREMEDIA en Ile-de-France

Ces actions se sont multipliées au fil des ans en établissant progressivement de partenariats avec le tissu associatif du territoire, accueillant et accompagnant des publics vulnérables et très exposés aux conduites à risques.

Implantée dans le 10ème arrondissement, l’association  AREMEDIA a initialement développé ses actions de prévention en direction des publics en situation de vulnérabilité dans le Nord Est parisien.

AREMEDIA organise ainsi des actions de prévention et de dépistage du VIH et autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST), en partenariat l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP), en particulier avec le CeGIDD de l’Hôpital Fernand Widal, situé à proximité, près de la Gare du Nord, point d’arrivée de nombreux RER en provenance de toute l’Île-de-France.

L’association conduit d’autre part, depuis plus de 5 ans, des actions de prévention en région francilienne.

Ainsi, l’association AREMEDIA mène des actions dans l’ensemble de la région francilienne en partenariat avec ABC Insertion, association dont l’objectif est de promouvoir la citoyenneté et favoriser l’insertion professionnelle.

ABC Insertion organise des stages, d’une durée de 2 à 5 jours, de sensibilisations et de prévention dans les champs socio-judiciaires, auprès de personnes sous  « main de justice », à la demande des Services Pénitentiaires et d’Insertion et de Probation et des Tribunaux en Ile de France.

AREMEDIA intervient ainsi au sein des différents stages sur des modules en lien avec la consommation de produits psycho-actifs, licites ou illicites. Il s’agit lors de ces interventions, de susciter une réflexion individuelle et collective autour des risques liés à l’usage des drogues sur le plan sanitaire en privilégiant l’échange sur les caractéristiques des produits, leurs effets et les risques associés, afin de prendre conscience de ces risques pour préserver la santé.

D’autre part, AREMEDIA mène depuis prés de 20 ans, avec le CeGIDD de l’Hôpital Fernand-Widal (AP-HP), des actions de prévention et de dépistage des IST auprès de la population migrante d’Afrique subsaharienne, rencontrée sur le 10ème arrondissement. Cette population, souvent en recherche de refuges, reste très mobile sur l’ensemble du territoire francilien.

Ainsi, l’association met en place un projet commun de prévention et d’accompagnement destiné aux populations migrantes afro-caribéennes (ou afro-descendantes) en partenariat avec l’association Espoir, située dans l’Essonne.

Depuis plusieurs années, l’association ESPOIR organise des temps d’échange et d’information sur le VIH/SIDA dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile de l’Essonne (voir la vidéo).

Les deux associations, en mettant en place ce dispositif coopératif de prévention, assurent des actions d’accompagnement des usagers empruntant régulièrement le RER, jusqu’à la prise en charge au sein du CeGIDD de l’Hôpital Fernand -Widal (AP-HP), partenaire historique (2001) d’AREMEDIA, qui se trouve à proximité immédiate de la Gare du Nord.

Ce travail partenarial, dit « en réseau », élargi à l’ensemble de l’ Ile-de-France, est une condition indispensable au succès de nos actions communes.

Fabienne HETEAU

Directrice de l’association AREMEDIA

Fabienne.heteau@aremedia.org

Un partenariat plein d’Espoir!

Interview de Papy, Président fondateur de l’association Espoir.

JJD

de


jd

jdf

Le rapport d’activité 2018 d’AREMEDIA est disponible

kde

J’ai le plaisir de vous présenter le rapport d’activité de l’association AREMEDIA pour l’année 2018.

Élaboré par toute l’équipe d’AREMEDIA, salariés et bénévoles, ce document nous permet de vous rendre compte, fidèles partenaires et financeurs, des faits saillants de la vie de notre organisation durant l’année 2018.

Malgré la triste réalité de la baisse des financements publics, AREMEDIA perpétue son savoir-faire en matière de prévention dans une démarche d’éducation populaire et de santé publique depuis maintenant vingt-cinq ans. Elle consolide ses actions phares tout en développant de nouveaux projets. C’est ainsi que nos actions de santé sexuelle à destination des publics migrants LGBTIQ demandeurs d’asile ou le projet Jeunes Exposés aux Trafics ont pris un bel essor.

2018 est aussi une année de changement avec le départ de notre directrice Véronique Henry-Kagan qui a contribué avec beaucoup d’énergie au développement de l’association. Fabienne Héteau prend désormais sa suite. Deux nouveaux salariés renforcent également l’équipe afin de répondre au mieux aux besoins de terrain.

Plus qu’un bilan, ce rapport d’activités est une promesse. Celle d’une association qui s’efforce au quotidien de favoriser la prévention et la promotion de la santé, d’orienter et d’accompagner vers le droit commun des personnes en situation de vulnérabilité, psychologique ou sociale.

Je tiens à remercier chaleureusement l’ensemble des associations partenaires de terrain, spécialisées ou communautaires. Vous êtes la raison d’être de l’association et votre participation à nos différentes actions est une condition de succès et de pérennité.

Merci à nos partenaires institutionnels. Votre soutien est un gage de reconnaissance de notre engagement pour favoriser la prévention des conduites à risques.

Merci aussi aux salariés et aux volontaires qui œuvrent avec dynamisme sur le terrain dans un souci constant de démarche qualité. Je souhaite enfin rendre hommage à nos bénévoles si investis qui font la richesse de notre association.

Comme 2018, l’année 2019 s’avère riche en développement de projets novateurs et ambitieux que nous mènerons avec optimisme et enthousiasme. Merci de croire à l’importance de notre mission.

Bonne lecture !

Marc Shelly, Président

dek

dek


dek

jhd

Le rôle des Relais Santé dans le dispositif de dispositif de santé publique destiné aux demandeurs d’asile accompagnés par l’ARDHIS.

En mars 2018 l’association AREMEDIA et l’association ARDHIS consolident leur partenariat par l’ouverture d’une consultation « hospitalo-associative » hebdomadaire nocturne de santé sexuelle.

Celle-ci – rendue possible grâce aux négociations engagées avec la direction du Groupe Hospitalier par le Directeur de notre partenaire, le CeGIDD de l’Hôpital Fernand Widal (AP-HP), Christophe Segouin – est destinée aux demandeurs d’asile pour raison d’orientation sexuelle ou de genre accompagnés par l’association ARDHIS.

Entièrement assurée par les membres de l’équipe salariée d’AREMEDIA (agent d’accueil, médecins et infirmier), elle s’ajoute aux actions de dépistage régulièrement réalisées en Mairie du Xème arr. de Paris.

L’ARDHIS est une Association militant pour la Reconnaissance des Droits des personnes Homosexuelles et transsexuelles à l’Immigration et au Séjour, dont les bénévoles accompagnent chaque année plus de 1 000 personnes dans leur demande d’asile pour raison d’orientation sexuelle ou de genre. Leur origine majoritaire de zones d’endémie, la précarité économique induite par le statut administratif du demandeur d’asile ainsi que des formes de dépendance associées, produisent une exposition accrue au VIH et en fait une population clé.  

Estimations épidémiologiques et objectifs du dispositif

Selon les récentes estimations épidémiologiques, 70% des personnes séropositives au VIH ignorant leur statut (épidémie cachée) sont des hommes, parmi lesquels 40% d’Hommes ayant des relations Sexuelles avec d’autres Hommes (HSH) et 40% des personnes originaires d’Afrique-subsaharienne.

D’autre part, entre 35% et 49% des personnes originaires d’Afrique subsaharienne diagnostiquées positives au VIH sont contaminées après leur arrivée en France.

Le partenariat entre les associations AREMEDIA et ARDHIS vise à favoriser l’accès de tous à un suivi de santé sexuelle et à la prévention diversifiée (jusqu’à la prescription de la PrEP pour les personnes éligibles) pour tenter de réduire l’épidémie cachée. Ce suivi doit s’effectuer à moyen et long terme dans un espace de droit commun, ce qui explique l’inscription de ce dispositif dans un partenariat étroit avec le CeGIDD Fernand-Widal.

Évolution de la démarche d’« aller-vers »

Après deux mois de tâtonnements au cours desquels seule une vingtaine de personnes ont été dépistées lors de la consultation « hospitalo-associative » hebdomadaire, symbole de la difficulté à rendre efficiente la communication, la décision est prise d’initier des actions de dépistage « hors les murs » dans le cadre des réunions mensuelles (dites « la Mensuelle ») regroupant environ 200 personnes chaque deuxième samedi du mois. Un retour aux démarches d’ « aller-vers », initiées par l’association AREMEDIA en 2001 dans le cadre du dispositif « Hôpital Hors les Murs » visant à promouvoir l’accès à la prévention, au dépistage et aux soins le cas échéant, à travers des actions menées au plus près des populations-clé, dans les lieux fréquentés par les personnes n’ayant pas spontanément recours au dépistage.

Si le dépistage a permis d’amorcer des rendus de résultat dans les murs, l’engouement pour le dépistage signifié lors de la promotion du dispositif, ne se traduisait pas dans les faits. Après plusieurs tentatives de communication insuffisamment fructueuses, un système d’accompagnement téléphonique a été établi.

Les numéros de téléphone des personnes qui déclarent un intérêt pour le dépistage sont recueillis anonymement lors de la « Mensuelle » de l’ARDHIS. Celle-ci seront contactées par SMS ou appel phonique par la suite. Ce système, très chronophage, permet cependant de limiter (à seulement à 16%) le nombre de « perdus de vue », personnes qui ne récupèrent pas leurs résultats au CeGIDD, et d’augmenter significativement le nombre de nouveaux dépistages.

Un accroissement du nombre de personnes, d’autant plus significatif après l’investissement des « relais santé » à partir de novembre 2018, ce qui entraine l’embauche d’un second médecin pour accueillir les personnes qui affluent chaque mardi soir entre 18h00 à 21h00 pour la consultation « hospitalo-associative ».

Le rôle-clé des « relais santé »

Le rôle central assuré par les « relais santé » – Alassane SOW et Charles Patrick KOUADIO-SANKADIO – a permis de faire entrer le dispositif dans une nouvelle dimension. Au dépistage et à l’accès aux soins, s’ajoute : des « causeries » sur la santé sexuelle, des accompagnements PrEP, des orientations dans le système de santé en fonction des problématiques de santé et situations administratives rapportées.

De formation paramédicale et/ou issus du milieu militant dans leur pays d’origine, les relais ont suivi une formation organisée conjointement par l’association AREMEDIA et le CeGIDD de l’Hôpital Fernand-Widal (AP-HP).

Une remise de diplôme par Monsieur Stéphane BRIBARD, Maire-Adjoint du 10ème arrondissement de Paris, chargé de la Prévention, de la Sécurité et de la Nuit, organisée lors de la « Mensuelle », a permis leur identification comme référents santé.

À l’occasion de la Marche des Fiertés, l’association AREMEDIA organise, avec le soutien de la Mairie du 10ème arrondissement de Paris, une exposition multimédia sur le rôle joué par les  « relais santé communautaires » dans le cadre du dispositif de promotion de la santé mis en place pour les demandeur-se-s d’asile et réfugiés en raison de leur orientation sexuelle ou de genre, suivis par l’association ARDHIS.

Acteurs de la mise en image de leur activité dans le cadre de cette exposition, Alassane et Charles-Patrick retracent ici leur parcours personnel et présentent leur rôle dans ce dispositif sous l’œil de Lucas BITTER, étudiant en cinéma, bénévole à AREMEDIA.

Cette exposition entre en résonnance avec celle de Xavier HERAUD « Anybody Walking ?» sur le Voguing en Île-de-France, à la Mairie du Xème arrondissement.

La confiance de nos partenaires et de nos financeurs

Cette action originale, s’inscrit dans le cadre du dispositif « Hôpital Hors les Murs » conçu par AREMEDIA en 2001, développé en partenariat avec l’équipe du CeGIDD, et désormais dans le cadre de la Convention avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris, depuis le 21 août 2018.

Cette action à pu voir le jour grâce à la confiance témoignée par trois financeurs privés : Vers Paris Sans Sida, SIDACTION et la Fondation VIIV Healthcare.

Rendez-vous les 27, 28 & 29 juin entre 9h00 à 20h00, au 4ème étage de la Mairie du Xème arrondissement pour l’exposition multimédia retraçant l’investissement des relais santé dans le dispositif.

La Mairie se fait l’écho de l’évènement

Trouvez un article sur Seronet à ce sujet

Les relais santé expliquent leur investissement à travers trois courtes vidéos que voici.

Bien à vous,

jde

jjjjjjjjjj Cyriac BOUCHET-MAYER
jjjjjjjjjj cyriac@aremedia.org

hj

jde


jd

hdj

Édito : De la découverte du virus à la démocratie en santé

Co-découvreur en 1983 du virus VIH, en lien avec une équipe de l’Institut Pasteur, qui se partagera beaucoup plus tard plus le prix Nobel auquel il ne fut pas associé ; clinicien et chercheur renommé, il contribue aux premières descriptions cliniques de la maladie ; pionnier dés les premiers jours de la lutte contre le VIH, il entraîne à sa suite, dans un prototype spontané de « réseau ville-hôpital », une poignée de praticiens, initialement libéraux puis hospitaliers, dont je fus pour quelque temps ; ancien Président, pendant de nombreuses années, du Conseil National du Sida et actuel Président du COREVIH Ile-de-France Est : le Pr Willy Rozenbaum est pour nous tous un symbole de la lutte contre le VIH/Sida et un témoin historique incontournable.

La lutte contre l’épidémie cachée

Toujours impliqué dans la prise en charge des patients à l’Hôpital Saint-Louis (AP-HP), mais aussi, et aujourd’hui surtout, dans la santé publique : il décrit ici l’importance de la coordination territoriale de la lutte contre le VIH, notamment pour tenter de réduire ce que l’on désigne aujourd’hui par le terme consacré d’« épidémie cachée », mais plutôt non diagnostiquée.

Environ 25 000 personnes en France – dont 10 000 pour la seule Ile-de-France – ignorent leur statut sérologique et constituent sans le savoir le moteur de l’épidémie. Plus de 6 000 nouvelles contaminations chaque année : à peu prés pour moitié constituées de personnes nées à l’étranger, principalement des hommes originaires du sud du Sahara (dont nombre sont infectés en France), et pour l’autre moitié d’hommes ayant des relations avec d’autres hommes. Ces deux groupes représentent les deux principales « populations-clé » de l’épidémie française, en particulier francilienne.

Un éclairage inédit

En dépit de ses quelques défauts techniques pour lesquels AREMEDIA sollicite l’indulgence du spectateur, cette interview de Willy Rozenbaum apporte en tous cas un éclairage inédit à la phase actuelle de la lutte contre le VIH dans notre pays.

Willy Rozenbaum y définit avec une grande clarté les rôles et missions – souvent obscurs pour beaucoup d’entre nous – du dispositif des COREVIH, une originalité culturelle et politique française, qui réunit en son sein des acteurs, institutionnels, médicaux, paramédicaux et associatifs impliqués dans la lutte contre le VIH dans un territoire donné pour adapter cette stratégie de lutte aux caractéristiques sociodémographiques et épidémiologiques spécifiques de ce territoire.

Démocratie en santé et stratégie nationale de promotion de la santé sexuelle

Le concept-clé, innovant, de « démocratie en santé » est explicité en termes clairs et concrets ainsi que la transition actuelle du Plan de lutte contre le VIH – véritable changement de paradigme qui replace le virus au sein des autres infections sexuellement transmissibles, dont les hépatites virales – à la nouvelle dynamique de la Stratégie Nationale de Promotion de la Santé Sexuelle, dans laquelle s’inscrivent désormais toutes nos actions de prévention et de promotion de la santé visant prioritairement les populations concernées.

Willy Rozenbaum nous provoque à dessein en nous disant qu’aujourd’hui nous n’avons plus besoin du vaccin tant espéré…

A condition toutefois d’être en capacité de mobiliser efficacement, et durablement, l’ensemble des ressources humaines de bonne volonté disponibles dans un territoire donné et surtout d’impliquer les populations concernées qui fourniront leurs propres réponses, de lutter socialement et politiquement, sans relâche, contre la discrimination et la stigmatisation qui constituent sûrement des freins majeurs à l’accès au dépistage et aux soins, lesquels doivent être à la fois, nécessairement et indissociablement, appréhendés simultanément sous leur double aspect, médical et social.

A condition de rendre le traitement accessible à toutes les personnes concernées.

Et ce, compte tenu du fait que les moyens scientifiques et médicaux aujourd’hui à notre disposition permettent désormais une prise en charge médicale efficiente, c’est-à-dire virologiquement efficace : ce qui devient le « traitement comme prévention » –  dit « TASP » – entraînant en quelques semaines la suppression de toute transmission du virus d’une personne à l’autre, et donc la rupture de la chaîne de contamination.

Ainsi, affirme Willy Rozenbaum : nous sommes dès à présent en mesure de contrôler l’épidémie.

Se fixer des objectifs ambitieux

Les objectifs ambitieux, et proches (2020/2030), fixés par ONUSIDA, pour parvenir à l’extinction de cette épidémie nous sont donc – théoriquement – accessibles.

A condition cependant de pallier sans tarder la criante insuffisance actuelle de notre dispositif de dépistage, toujours trop peu ciblé et donc peu productif, en dépit de tous nos efforts : prés de 6 millions de sérologies sont pourtant réalisées chaque année en France, en ville ou à l’hôpital, mais avec trop peu de rendement.

Sans compter, réalisés principalement dans le milieu associatif, les 56 000 Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TRODs), malheureusement insuffisamment pratiqués, sans doute faute de moyens. Et aussi les 75 000 autotests vendus depuis peu en pharmacie, ou distribués gratuitement à Paris, à l’initiative de Vers Paris Sans Sida.

C’est d’ailleurs du fait de cette actuelle insuffisance de notre dispositif de dépistage que l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France incite aujourd’hui ses partenaires intervenant sur le terrain (CeGIDDs, associations, etc.) à s’organiser activement à l’occasion de la « Semaine Régionale de Dépistage » qui aura lieu du 11 au 15 juin prochain.

Mission d’expertise en Fédération de Russie

Produit et réalisé par AREMEDIA, en amont d’une mission d’expertise en Fédération de Russie, effectuée en mars 2019 pour le compte du Ministère des Affaires Étrangères et de l’Europe, ce petit film était initialement destiné à constituer un outil de communication – qui s’est d’ailleurs révélé efficace – conçu pour nos partenaires russes (médecins, infirmiers, acteurs associatifs, responsables politiques) afin de les familiariser avec les modalités actuelles de la stratégie de lutte contre le VIH en France.

C’est pourquoi, dans la séquence d’introduction, Willy Rozenbaum prononce à leur intention quelques mots en russe.

Et ne manquez pas le post-générique.

Bon visionnage !

jn

Marc SHELLY

Président

marc.shelly@aremedia.org

JD

kdje

Vendredi 31 mai, AREMEDIA a rencontré Monsieur Jean-Luc Romero-Michel, Président-fondateur de « Elus Locaux contre le Sida », Ambassadeur d’une Ile-de-France sans SIDA, acteur politique impliqué de longue date dans la lutte contre le VIH...

AREMEDIA remercie Jean-Luc Romero pour son soutien au projet Russe

Interrogé par AREMEDIA, il répond ici au Pr Willy Rozenbaum

« Nous avons les moyens de vaincre le VIH dès à présent. C’est une question de volonté politique. »

Jean-Luc ROMERO-MICHEL

JDJ

jgf


jde

DJJ

Semaine Régionale de Dépistage. Du 11 au 15 juin l’association AREMEDIA se mobilise.

Aremedia réalise des actions de dépistage VIH et autres IST tout au long de la semaine régionale de dépistage du 11 au 15 juin 2019, en partenariat avec les Hôpitaux Universitaires Saint-Louis, Lariboisière, Fernand-Widal (AP-HP).

9 Actions de prévention et de dépistage sont prévues du mardi 11 juin au vendredi 14 juin  auprès de différents publics du 10ème arrondissement, ou plus largement, du Nord-Est Parisien ainsi que de la région Francilienne.

Le dénominateur commun de ces publics est leur situation de précarité, leur exposition accrue aux IST au regard des études épidémiologiques et leurs difficultés d’accès au dispositif conventionnel de droit commun.

Pour cela, les actions seront organisées en collaboration étroite avec des partenaires associatifs spécialisés pour entrer en contact et sensibiliser les publics suivants :  Migrants demandeurs d’asile LGBTIQ, Travailleuses du sexe, Usagers de drogues, Population HSH, Personnes Trans migrantes, Femmes en situation d’errance, Jeunes adultes en situation d’errance.

Les actions s’organisent en collaboration étroite avec les partenaires suivants : Coordination Toxicomanie, l’ARDHIS, Afrique Arc en ciel, Lotus Bus, le Sauna Sun CITY, l’accueil de jour Itinérance-association Aurore, le CHU Plurielles-groupe S.O.S, le PASTT et l’association Espoir Solidarités, nouveau partenaire d’AREMEDIA qui intervient principalement en Île-de-France, en direction des populations afro-caribéenne.

« La Totale » (dépistage sérologique et bactériologique complet de l’ensemble des IST).
Extrait du film « HORS LES MURS » réalisé par Florent GOUELOU, prochainement diffusé.

A l’occasion de la semaine régionale de dépistage Aremedia proposera :

– un stand d’acceuil et d’infomation en santé sexuelle, particulièrement sur la transmission du VIH et des infections sexuellement transmissibles,

– un dépistage « LA TOTALE » du VIH et des IST (hépatites B et C, syphilis, gonocoques, chlamydiae), par prélèvement saguin et bactériologique.

Pour chaque action, 3 personnes de l’association sont mobilisées : un accueillant/animateur de prévention, un IDE et un médecin.

Le dépistage se déroule en trois temps :

1/ entretien individuel entre l’usager et l’accueillant,

2/ entretien médical avec le médecin,

3/ prélèvements sanguins avec l’infirmièr(e).

Les bénéficaires auront à leur disposition des sacs de Vers Paris Sans Sida « Faites de Paris la ville de  l’amour sans sida » comprenant des flyers présentant les différents types de dépistages, des préservatifs externe et interne, ainsi qu’un auto-test.

« Dépistages : AREMEDIA fait la Totale ! »

jde

Semaine régionale du dépistage – Tableau récapitulatif des actions

À l’occasion de cette semaine de dépistage, la première action en partenariat avec l’association Espoir se déroulera en gare de Massy-Palaiseau mardi 11 juin.

Le président fondateur, Papy Tshiala Katumbay présente l’association et l’intérêt de notre partenariat.

AREMEDIA est intervenu dans la boutique Bora en partenariat avec Fêtez Clair et les Kioske Check-Point.

ok

dje


jd

jde

AREMEDIA se mobilise pour le SIDACTION

L’équipe d’AREMEDIA (presque) au complet pour soutenir le Sidaction.
Fabienne Héteau, Lo Levy, Charles-Patrick Kouadio-Sankadio, Alassane Sow, Cyriac Bouchet-Mayer

Aline Petlier (chargée de projet à AREMEDIA) a été conviée à intervenir sur des questions relatives à la prévention du VIH et à la santé sexuelle dans le cadre de deux émissions en direct :

Sur France Inter d’abord, à l’occasion de l’émission « Le téléphone sonne » (jeudi 4 avril 2019 à 19h00).

puis sur Europe 1, dans le cadre de l’émission « on fait le tour de la question » (vendredi 5 avril à 9h00).

Enfin, les acteurs d’AREMEDIA ont participé au tournage du clip de lancement des 25 ans du Sidaction le vendredi 5 à 20h40.

Donnez à Sidaction qui œuvre depuis plus de 25 ans pour soutenir chercheurs et associations investis dans la lutte contre le VIH/Sida.

jde

zz


ddd

dhe

Le projet de coopération franco-russe

Dans le cadre d’une mission d’expertise effectuée pour le compte du Ministère des Affaires Étrangères et de l’Europe, l’association AREMEDIA était invitée en Russie en mars 2018 afin d’évaluer comment répliquer le dispositif « Hôpital hors les murs » dans l’agglomération de Perm, dans la région de l’Oural, qui constitue l’un des foyers de l’épidémie dans le pays.

Ce projet est issu d’une première rencontre en Décembre 2018 avec une délégation Russe venue observer différents dispositifs français de prévention du VIH, dont les actions de l’association AREMEDIA. Le dispositif d’aller-vers, conceptualisé par l’association AREMEDIA et développé en partenariat avec le CeGIDD Fernand-Widal (AP-HP), a été identifié par la délégation comme pouvant correspondre aux spécificités de la lutte contre l’épidémie de VIH en Russie. 

Soutenu par le Ministère des affaires étrangères et de l’Europe, le premier séjour en Russie de l’association AREMEDIA avait vocation à rencontrer les acteurs politiques, médicaux et associatifs locaux afin d’envisager un programme de formation et d’accompagnement vers la mise en œuvre d’un dispositif sur le schéma méthodologique « Hôpital Hors les Murs ».

Association Antinarkoticheskyie Programmi
Moia Jizhn

je

ke

ke

k

jee

ke

hj

koj

Dans l’agglomération de Perm, un des foyers de l’épidémie, quatre structures ont été identifiées et contactées en vue de répliquer le dispositif : le centre régional de lutte contre le VIH de Perm (SPID center) et deux associations en lien avec les populations clés. Un programme de formation a été conçu en coopération avec les organismes locaux et prendra la forme suivante :

  • Communication pour présenter le dispositif lors de la conférence organisée par l’université de Perm à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida.
  • Formation des acteurs médicaux et associatifs en France en mars 2020. La formation théorique à la santé sexuelle sera réalisée en partenariat avec l’équipe médicale du CeGIDD Fernand-Widal, partenaire d’AREMEDIA, alors que la formation pratique consistera en une participation active à l’organisation et la réalisation des actions « hôpital hors les murs ».
  • Accompagnement des acteurs formés dans la mise en oeuvre des actions d’aller-vers dans le contexte spécifique de l’agglomération de Perm entre avril et décembre 2020

La méthodologie « Hôpital hors les murs » initiée en 2001 par l’association AREMEDIA dans le territoire du Nord-Est Parisien s’adapte à de nouveaux contextes épidémiologiques, culturels et institutionnels.

Vidéo tournée par AREMEDIA lors de la mission d’expertise en Russie en mars 2019

dje

dje


she

dje

Troubles bipolaires et conduites à risque

Frappant de plein fouet les adolescents et les jeunes adultes des deux sexes, les troubles bipolaires (environ 2% de la population générale, soit dans notre pays plus d’un million et demi de personnes) souffrent d’un retard diagnostiqueimmense (10 ans). 

Véritable « épidémie cachée », largement ignorés, ils représentent une cause majeure de suicide (30 fois plus élevé que dans la population générale), difficilement évitable faute d’un diagnostic suffisamment précoce et d’un accès au soin approprié. (plus d’informations) 

Par ailleurs, plus que d’autres, les jeunes bipolaires paraissent particulièrement impliqués dans des conduites à risque à répétition (sexualité non protégée, abus de substances psychoactives, accidents de la voie publique, etc.) 

A l’occasion de la
Journée Nationale de Prévention du Suicide
l’association AREMEDIA 
a organisé avec le soutien de la Mairie
la projection d’un court-métrage original de sensibilisation(produit par AREMEDIA) principalement destiné aux acteurs de prévention des conduites à risque, suivie d’un débat avec la participation d’un expert reconnu, le Pr Frank BELLIVIER(hôpital Fernand-Widal, AP-HP).
Mardi 5 février à 18h
Salle des Fêtes de la Mairie du 10éme 
72 rue du Faubourg Saint-Martin

« Le fils de Saturne », film réalisé par Lucas Bitter & produit par AREMEDIA

jde

hfe


fje

jkf

1er décembre 2018 – Journée Mondiale de lutte contre le Sida

L’association AREMEDIA était à la mairie du 10ème arrondissement de Paris pour une action de dépistage destinée principalement aux personnes demandant l’asile en raison de leur orientation sexuelle et/ou de leur identité de genre, dans le cadre du partenariat avec l’association ARDHIS.

Nous avons eu le plaisir de recevoir la visite de nos partenaires élus à la Mairie du Xème arrondissement et représentants de l’Agence Régionale de Santé Île-de-France.

De gauche à droite : Aurélien Rousseau (Directeur Général, ARS Île-de-France), Luc Ginot (Directeur de la promotion de la santé et de la réduction des risques, ARS Île-de-France), Aline Peltier (Chargée de projet, AREMEDIA), Marc Shelly (Président, AREMEDIA), Jean-Marie Taffin (Trésorier, AREMEDIA), Alexandra Cordebard (Maire du Xème arr. de Paris), Anne Souyris (Maire adjointe chargée de la santé et des relations avec l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, Mairie de Paris), Stéphane Bribard (Maire adjoint chargé de la sécurité, de la prévention et de la nuit, Mairie du Xème arr.)